Li ber té !!!

J’étouffais.

Depuis janvier je me forçais. Certes, les personnes, dans les deux groupes que j’anime, sont sympas mais je n’avais plus l’énergie. Je ne retrouvais plus la curiosité, l’impression d’avoir déjà fait cela trop de fois et rien qui ne change. Je n’avais plus la force du changement, l’aveuglement de l’amour du boulot, la passion d’être là sans rien en attendre.

Je voulais autre chose. Je me voulais, moi. Me retrouver autrement.

Il aurait fallu tenir encore une grosse année. J’en étais malade d’avance. Des licenciements étaient prévus, j’espérais être dedans. Ce n’est pas le cas, je ne suis pas licenciée mais je pars. Ce jour, l’avocate qui triait les dossiers pour choisir les licenciés, a pointé tous les contrats non valides. Dont le mien, qu’elle a transformé en demandant d’y mettre fin le 30 avril 2015. La comptable m’a appelé pour m’en informer. J’ai compris tout de suite. On ne toucherait pas au poste de la collègue que je remplace, j’en suis soulagée. Elle ne sera plus remplacée. Début 2017, fin de son congès parental, elle verra à ce moment là s’il y a des fonds pour la reprendre. Et moi je pars pour « fin de CDD », un CDD refait à 15h tout exprès. Je ne vais pas m’énerver, je m’en fous, je suis contente.

Je perds du fric mais je retrouve ma liberté qui commençait à tellement me manquer.

.