dégout(t)e, soupe et fin

Nous avons bu le Pho Bo. Citronné, coriandré, menthé, noullié, pousse de soja-yié. Dans une communion de perceptions. Egoïstement, car le Pho est extrême. Ne demande que toi.

Nous étions dans le jardin, à la table ronde en fer forgé, rouillée un peu, à repeindre. Le soleil avait basculé de l’autre côté du mur. L’ombre pas trop chaude sur nous.

Nous étions allées à la rivière, ma préférée mais elle était tellement bouillonnante, tourbillonnante, pleine, débordante, verte translucide et blanche d’écume, impossible de traverser ni de sauter de roches en roches, un courant trop puissant.

Nous sommes montées vers la cascade de mousses et de grottes. A couper le souffle, un paysage de Paradis. Irréel, tant de beauté et ces arbustes qui poussent dans le courant. Il faudra me souvenir. Je dois retourner photographier. Absolument.

La journée avait très bien commencé. Elle a fini irascible, pas ciblée, pas légère et silencieuse de trop penser. J’étais dégoûtée. Dégoûtée ? Trop de gouttes ?

Publicités

2 réflexions sur “dégout(t)e, soupe et fin

C'est ici qu'on cause...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s