Le premier matin

.

Mon chat, c’est le premier matin sans toi, nous avons dormi dans nos larmes et parlé de toi sans cesse.

Ce matin le givre fondu, nous creuserons la terre sur laquelle je planterai les framboisiers achetés pour toi.


Mon chat, dans le ciel les nuages roses sont pour toi, sont pour nous, roses de vivre, roses de l’amour.

Mon chat, bien sûr nous sommes inconsolables et la vie ne sera plus la même. Ton courage, ta beauté, ta pudeur (que je n’ai pas), ta présence. Tout cela je le porte en moi.

Ce matin le ciel est beau, il y aura encore du soleil, tu vois. Non, nous ne pensions pas te perdre déjà, c’était vraiment l’impensable et cela le reste je crois. Vous nous faites vivre et revivre mille fois plus fort les émotions et les drames que nous vivons déjà dans notre maladroite vie d’humains. Vous avez le don. Vous nous emmenez sans limites dans l’irrationnel, le rêve et la tendresse. Nous y déposons tout, tout ce qui nous manque ailleurs et avec ceux de notre espèce. Vous nous laissez vivre, déborder, être cons, être fous, être drôles, être créatifs, vous nous permettez de vivre l’impossible, d’aller au delà des créneaux permis dans nos vies trop étroites. Vous nous élargissez, vous nous déployez. Avec vous, pour qui veut, pour qui peut, les barrières se rompent, et les mondes mystérieux et magiques se rencontrent et s’aiment pour toujours.

Publicités

7 réflexions sur “Le premier matin

  1. Laure
    C’est avec tristesse que je viens te déposer un petit mot consciente du chagrin qui te dévaste , moment de tristesse que je partage avec toi …
    Tous ces derniers jours vous avez deux deux partagés et échangés de beaux et profonds moments d’amour de ceux qui n’ appartenaient qu’à vous deux celle aussi de la complicité d’une vie à échanger l’un avec l’autre
    Tu lui as écrit de très textes …..
    La note d’espoir est qu’il ne souffre plus et que de là-haut à quelque part il a rejoint ses amis du net Zeb , Minou-Caruso et beaucoup d’autres et toujours tant que nous penserons à eux ils resterons bien vivants dans nos coeurs
    Je pense profondement à toi
    Sacha

  2. Quel beau message, quelles belles images, brave et beau Couli, tu as inspirés,
    au-delà des nuages, à Laure la passagère sur sa route des mots, pour que jamais, dans son coeur aujourd’hui meurtri, le souvenir des jours heureux ne sera estompée par la peine que je tiens tant à partager avec elle en cet instant trop cruel. Mais ce que la vie prend d’une main, elle le rend parfois de l’autre, alors, merci Couli, de l’avoir traversée et de nous avoir l’occasion d’être humain, de savoir pleurer encore… On pense très fort à ta Laure, bien sûr, et on te souhaite un beau voyage. « Salue Zeb de ma part ! » (*)
    COLIBRI
    C’est une référence à une scène de Laurence d’Arabie, lorsque Laurence, obligé de lâcher le lien qui essaie de maintenir en vie son jeune ami enseveli dans les sables mouvants, lui dis « Salue (un autre ami déjà parti) de ma part lorsque tu le verras… ». C’est terriblement douloureux de se quitter, et en même temps, c’est un réconfort pour celui qui reste, de savoir que, de l’autre côté, un autre ami attend celui qui nous quitte… Comme le dit Sacha, Zeb et Minou-Caruso et tant d’autres ont sûrement tendu la patte à Couli pour traverser le pont de l’Arc-en-ciel et les rejoindre au pays des Chatitoons… Tu as raison, Laure, les chats nous permettent tout, même de dire n’importe quoi avec le plus grand sérieux, la preuve… Bises.

  3. Le ciel de chez toi est si beau !!
    j’imagine Charly et Couli, museau au vent , traçant la route , sans se fatiguer ,vautrés sur un nuage moelleux…Deux rouquins au paradis des chats…
    tu ne les entends pas ronronner ? écoute bien….

  4. ce mercredi est le premier mercredi sans lui, toute la journée libre
    la semaine dernière il a profité de son mercredi avec moi,sans relâche, et de son jardin et du soleil, sur la terrasse en bois
    Non Croukou je ne les entends pas encore car le bruit de notre chagrin gronde trop
    Le petit dejeuner est un calvaire. Lui a salé son café de ses larmes, moi c’est dans le thé
    il nous faut ces moments cruels où nous le regrettons et pleurons ( re écrit sur latortuelegere) pour pouvoir ensuite vivre un peu

C'est ici qu'on cause...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s