Tatou

Le jour ne se lève pas. C’est dimanche, mais sans givre. Alors c’est un gris d’hiver naissant sans soleil. Tout reste au lit, c’est le silence. Même ici, je ne fais pas de bruit, Il s’est rendormi. Il pense trop souvent à son chat parti. Son corps a mal, sa tête aussi. Ce matin, dans le gris rien ne presse. Se reposer, on sait faire, je suis Supèrieure en Chef du « on s’écoute, on se repose. » Je ne sais pas si c’est bien mais c’est ainsi.

Hier une collègue passée prendre une clé était chaffouin pour un samedi de soleil. On lui dit « Ben quoi ? ». Ben tout passe trop vite, dit-elle, les samedi, les dimanche et tous les autres jours de la semaine.

Non, je lui dis, en lui collant un pot de confiture dans ses mains. Non, moi je prends le temps, cela ne va pas trop vite, je savoure. Hop, elle ouvre le pot et trempe son doigt dans le raisin Baco, celui au goût de miel. Mais elle reste sur ses positions. D’ailleurs pourquoi vient-elle emprunter des clés du boulot, un samedi ? « Parce qu’il y a un truc que j’ai oublié de faire, il faut absolument que j’y retourne. »

Bon, ben alors tu vois. Là, oui, tu es ton propre esclave et le temps te bouffe toutes tes dents. Laisse de côté. Tais-toi. Laisse sans toi le monde tourner quand cela te chante. Tu n’es pas indispensable, même pas à toi-même sans doute.

Elle sera repartie avec de la confiture, c’est tout ce que nous pouvons faire mais c’est du concret au moins.

Gris. Dimanche matin. J’ai toujours ce petit pincement des dimanche d’enfant. Les matins étaient supportables mais les fin d’après-midi impitoyables de spleen, c’est resté gravé comme un tatouage. Délavé, il ressort quand je veux, il suffit de frotter dessus.

Le matin, l’odeur de la cuisine, la balade chez le libraire-papetier avec mon père en costume. On ressortait avec des belles choses pour chacun de nous deux. Des livres, des stylos, des cartouches d’encres, du papier à lettres, des crayons, des feutres, un journal, un magazine, quelque chose d’aimé et prometteur. Tiens, il faudrait que je raconte mon père. Disparu depuis plus de 25 ans. Boudiou, je n’y crois pas. Si longtemps…

.

Publicités

9 réflexions sur “Tatou

    1. en plus je n’ai pas choisi, je veux dire j’ai vu ce modèle avec du rose,j’ai pensé que je pourrais varier mais non, je peux décorer mais PAS le rose. Belle surprise.

    1. Oh merci de partager !
      on va avoir des photos chez toi je le sens!
      T’as vu j’ai mis l’Afrique en fond de blogue, une chose et son opposé
      quel est l’opposé de l’hiver d’ailleurs ? je ne sais pas

  1. Gris ?? tout est triste ???

    Et les jours de soleil ??? Sourires ????

    Si seulement je savais raisonner ainsi ! !

    Mais je pense que ça ne changerait rien…Pour moi, la Normande, il exite des jours heureux sous la pluie..et les jours de soleil peuvent être tristes, très tristes !!
    Mais j’aime bien cette personne qui a besoin de revenir faire le Dimanche ce qui n’a pas été fait dans la semaine…..et qui ose tremper son doigt dans le pot de confiture !!
    Alors, on peut tout epèrer ! !

    Nicole

C'est ici qu'on cause...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s