Le feuilleton. Saison 1, épisode 3

Elle m’ouvre la porte et j’entre. Elle est étonnée, finalement m’attendait-elle ? Elle me regarde et elle me dira plus tard à quel point c’est un étonnement. Elle avait gardé le souvenir d’une lycéenne qui squattait chez elle. Elle ne sait pas combien elle a été importante pour moi dans ma dix-huitième année.

Plusieurs jours après, après tant de petits matins à la fraîche du jardin sirotant son café sur la terrasse, chuchotant pour ne pas réveiller l’autre touriste hébergé, elle me dira combien j’ai changé, combien elle n’en  revient pas. « Tu étais timide, discrète, solitaire, effacée. Je trouve une femme sociable, gaie, qui tourbillonne, qui a une telle présence ! ». Je comprends alors pourquoi elle ne serait jamais venue à l’aéroport. J’étais restée une vague personne sans saveur, une ombre adolescente qui n’avait pas compté pour elle. Elle était pour moi tout le contraire et elle ne le savait pas. Et puis l’aventure avec mon frère lui avait coûté beaucoup, elle avait disparu de l’Europe, leur fille sous son bras, et n’avait plus jamais donné de nouvelles. Cela n’aide pas à enjoliver les souvenirs laissés derrière.

Comment ai-je tant changé ? L’ado que nous sommes, la jeune femme naissante, nous ne la percevons que de l’intérieur. Elle me donne une nouvelle image de moi, une version que j’avais oubliée. Mais qui étais-je ? Je n’en ai aucune idée maintenant.

Elle m’ouvre, son chien m’accueille. C’est Maya. Je vais devenir dingue de Maya. Un vrai nounours.

La maison est immense à mes yeux. Trois étages, des salles, des chambres, le premier étage consacré aux trois chambres d’hôtes et leur grande salle de bains commune. La cuisine qui donne sur la terrasse qui part ensuite sur le jardin. Je vais aimer cette cuisine. Nous allons y raconter nos vies depuis vingt cinq années. Elle est insomniaque, il fait terriblement chaud, il ne fait bon que vers 3, 4h du mat. Ce sera notre heure, bien souvent.

Le quartier est un immense bonheur à lui tout seul. Le voisinage, les maisons avec leur côté jardin et leur côté rue. Les immenses arbres qui inondent d’ombres les trottoirs. Ses capucines sur le rebord, à gauche, avant la petite barrière par laquelle on peut accéder directement de la rue au jardin, c’est par là que je sors en vélo.

Je m’installe dans la chaise longue sur la pelouse. Je suis chez moi. Et pour rajouter une cerise sur mon gâteau, à mon grand étonnement  je retrouve la chaleur moite et étouffante de l’Asie du Sud-Est où j’ai vécu, mais avec des lumières pures, traversées d’air, qui évoquent un peu la montagne. Cette luminosité est complètement unique, je n’ai jamais vu cela, nulle part, elle me donne une liberté, une ouverture gigantesque.

.

 

.

.

Publicités

7 réflexions sur “Le feuilleton. Saison 1, épisode 3

  1. J’aime bien ton écriture…tout le mystère qui plane…nous ne savons pas où tu vas nous emmener…Mais je sens que tu sais très bien…

    Alors à la prochaine.Nicole

    1. j’ai créé une page à part, on la trouve là haut. C’est pour moi comme un chapitre à part. Sa visibilité est plus importante , ici, qu’un tag parmi les tag.
      un tag c’est comme un libellé, pour moi, il sert à classer un billet avec d’autres dans une catégorie-tiroir : amitié, paysage, humeur du jour, chats, etc….

      mais tu as raison, si on est précis et qu’on oublie jamais de classifier un article, cela peut se recouper

  2. Elles sont, dans ce cas précis, si intenses et présentes, qu’il me faut une distance pour y parvenir. Elles sont, dans ce cas précis,déjà si lointaines et les êtres aimés redevenus des étrangers malgré mes efforts pour les garder, qu’il est difficile d’oser les reprendre.

C'est ici qu'on cause...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s