Toi, pourtant si haïssable

La voiture roule, je vois les montagnes de roches grises veloutées, les sculptures avancer vers moi dans les tournants mais toujours à cette marge magnifique. Je ne les toucherai pas.

La voiture roule et je pense à nous. A ces corps en fusions, aux petits mots scotchés sur la porte . « Si tu voulais »  « être enfin libre  »  » voir ton âme ». Nous deux. Ton corps animal enveloppant. Disparu de mes mains. Envolé l’amour. Réfugié dans ma mémoire en recoins. Maintenant la lumière par légère onction, sur la route, me revient. Les petits mots sur la porte accrochés comme des bombes. Toujours sur notre fil tendu. Obsédés.

L’amour désiré, l’amour pris, l’amour s’éteint. Je regarde des hommes au volant de leurs voitures. Ce n’est pas toi. Je ne sais plus ton visage. Tu es une masse chaude embrumée sur ma route, qui s’étale en ruban maintenant, je suis moi aussi à l’égale distance. Où est ton corps entier, ton corps, tes mains, tes fesses d’africain, tes pieds toujours nus, ton ancrage au sol, têtu ? Ton romantisme échevelé, tes mélopées à mes genoux, tes milliers de courriers, le mobile que j’ai fait de tes cartes de loin reçues chaque jour, chaque matin, qui plantaient la passion pour toujours et t’ont fait revenir. M’ont fait revenir dans ce pays un jour de septembre. J’ai suspendu chacune au bout d’une ficelle qui balancait au dessus de mon lit en attendant le départ.

Dans une petite malle en carton colorée, sous les courriers, les photos, les cahiers, elles dorment tes cartes et leur ficelle éperdue, tu reposes. Accroché. Caché.

.myspace.com/music/player?sid=81658664&ac=now

Publicités

3 réflexions sur “Toi, pourtant si haïssable

    1. moi aussi j’aime bcp ce texte, un des trucs les plus interessant écrit ici cette semaine et non commenté, alors merci, on est deux à s’envoler
      j’ai bcp écrit sur « cet amour là » dans un autre blog, j’y ai tout dit, une vraie thérapie de la séparation ( dix ans après…bouh, je suis très très lente en séparation qu’elle vienne de moi ou de l’autre).
      Une passion. Une vraie. Faut le vivre pour le croire.
      Hein ?…

  1. j’aime bcp aussi cette chanson, simple, qui sonne, que je viens de découvrir via les Cd compil des InRocks
    elle correspond exactement au texte, visuellement, dans son crescendo, son mouvement, et la vision de la route qui défilait devant moi, une heure avant que je ne l’écrive ce texte, d’une traite.
    EN urgence comme tu dis si bien.

C'est ici qu'on cause...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s