Sur le pont, je danse

Hier j’ai vu Avignon. Je n’arrivais plus à dormir dans mon lit, rentrée chez moi le soir.

Car Avignon, j’ai compris ce matin, Avignon te fait princesse.

Toutes ces pierres plates en verticale, blanches rosées ou jaunes mais propres. Tous ces pavés ronds au sol dans les ruelles qui deviennent falaises au pied du Palais. Un Palais ? forcément alors tu es entrainée à devenir princesse au fil de la marche sur les marches du palais dans le jardin des Doms au dessus qui domine à 360 degrés l’horizon.

Ah ! Avignon ! Belle et propre, c’est sûre c’est une belle vitrine polie. Entretenue comme un petit soulier de prince du patrimoine français. Je n’avais jamais vu autant de groupes, remplis d’humains de 8 à 88 ans, et de toutes nationalités ! Sauf au Sacré coeur parisien.

J’avais moi aussi mon troupeau à emmener. Ma collègue, pourtant du coin, se perdait dans son plan de la ville. Moi j’allais vers les gens pour leur demander la rue, la place, et tous furent vraiment exemplaires. Clairs et gentils, pas lassés encore de ces groupes de chèvres qui envahissent leurs trottoirs. Et puis les panneaux indicateurs sont partout, et comme on allait aux points stratégiques, un plan était inutile. Le nez en l’air suffisait. Une fois que tu as repéré le Rhône et le Palais, tu as déjà des points cardinaux dans le corps, pour une ville des Papes, tu vois ! Les cardinaux qui ne trouvaient pas à se loger dans la cité et ont construit leurs maisons à Villeneuve les Avignon, là où le pont autrefois allait…enjambant l’île. J’ai appris cela en bateau.

Oui, parce qu’on a pris le bateau à touristes, ce n’était pas désagréable d’être au vent, car il faisait très chaud, très. Ces dames ont acheté des babioles. Sur le chemin vers le pont toutes les boutiques de babioles. Oui, c’est une ville qui se plie en quatre pour ses invités, les messieurs font commmmmme çààààà, les dames font commmmme çaaaa, etc. Même la fromagère des Halles m’a fait la causette gentiment. Oui les anglais achètent tous les fromages de chèvres, bien sûr.

Je veux retourner à Avignon avec mon Prince. Roucouler sur les placettes, au restaurant. Ne voir aucun groupes de chameaux ondulants, nous perdre dans les ruelles où je ne suis pas allée hier, écouter mieux l’accent provençal, acheter mille confiseries locales dans cette épicerie merveilleuse et surtout prendre des photos. Je mettrai une robe, j’achèterai peut être un grand chapeau.

.

Publicités

Une réflexion sur “Sur le pont, je danse

C'est ici qu'on cause...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s