Le papier noir de mes encres

Aujourd’hui j’étais très concentrée au cours-atelier de peinture.

« Rien ne te déconcentre toi, bravo. » m’a dit H. la mine enjouée. Il faut dire qu’elle fait un pain d’épices délicieux ai-je appris.

Un peu plus tard H. tourne en rond , elle ne sait pas quoi faire, pourtant elle veut dessiner des visages. L’animatrice lui montre des photos noir et blanc et H. bougonne en disant que c’est surfait, « c’est pas des gueules, ça ». Elle a un carafon, personne ne peut l’aider je crois, à trouver un modèle ou un désir. Elle finira par dessiner les visages effrayés de Munch et à dire  » ça me fait peur. »

J’adore cet atelier. Il y a le clan des « locaux » un peu âgées, cousines pour certaines, toujours dans leur coin et ne font que de l’aquarelle de paysage ou de carte postale. Parfois très joli, je ne dis pas…Viennent depuis des années et font des aquarelles de paysages et parlent parfois comme des écolières  » Oh la la j’y arrive pas. C’est moche regarde, mais regarde comme c’est moche ! ».

J’adore cet atelier.

Mon autre H. écrit des bouquins pour enfants en deux langues étrangères, ses deux langues. Un succès fou auprès des expats aux USA. Elle m’a donné le script du prochain. C’est toujours l’histoire d’un chat ( une langue) et d’un chien ( l’autre langue).

Il y a A. qui vient avec des toiles immenses, ne dit rien et peint au couteau à l’huile, ne veut faire que cela. Elle peint une toile en deux heures. Retouche un peu ensuite, s’en va avant l’heure, dit à peine au revoir. Vit dans son coin. Il y a F. qui improvise, aime l’abstrait, fonce, s’éclate, a une production d’enfer. Très sympa.

Cet aprem moi j’étais hyper concentrée avec tout le Salon des carnets de voyages en tête. En venant à pied au village par des chemins de cocagne j’avais ramassé un bouquet de plantes et feuilles sèches. Le truc impossible à faire en teintes entre des gris sépias cognac bruns. J’avais idée de le faire sur un fond noir, à l’encre.

Ma visite auprès des carnettistes m’a laissé une trainée de poudre au dedans. Pourquoi font-ils tant que cela du figuratif ? Je vois un port, je peins un port, je vois une femme africaine, je peins une femme africaine, celle là que je vois. Pourquoi leur voyage, leurs regards posés, leurs sentiments, ne sont-ils pas aussi retranscrits en peintures abstraites ?

Bien sûr pour vendre mieux vaut peindre la femme africaine, le bateau, la mangue. Mais pourquoi pas aussi autre chose ?

Cette idée me trotte en tête, avec l’envie de faire un carnet, bien sûr.

Mais ce qu’il y a de plus beau dans les carnets de voyage que j’ai vus sont les originaux. Ils ont de la pâte, de la tranche, de l’épais, des volumes, des formats que ne reflète pas le carnet édité. Ils ont tout intêret à exposer leurs oeuvres, comme ce que j’ai vu hier. Pour certains je n’ai d’ailleurs rien vu de leurs bouquins me concentrant sur les peintures montrées.

Le livre dénature-t-il ?

Pour en revenir sur mon bouquet, je l’ai fait. A l’encre, avec quatre couleurs du sépia, jaune, noir, blanc avec un peu de bleu pour le tissu-chiffon autour du pot. Mais sur une encre noire tu ne peux pas peindre un bouquet avec de l’encre. C’est évident ? Moi je pensais le faire. Nan. Au pastel elle m’a dit. J’ai  tenté un fond de pastel noir, un truc de charbon de mineur. La galère pour colorer dessus. Nan. Un papier noir, voilà. Sur lequel mes pastels ont timidement jailli mais bonne éclate pour une première fois.

J’étais totalement dans ce que je faisais, encore plus que d’ordinaire à cet endroit. Portée par une idée, une seule, celle de faire un carnet textes et croquis. Merci à celle et ceux, ici et là bas, qui me disent encore et toujours que tout est possible, ça s’appelle des amis. (et même si je fais rien, bien sûr …)

.

.

(les dessins je les mets tous sur la tortue légère)

Publicités

7 réflexions sur “Le papier noir de mes encres

  1. J’adore le processus dans lequel tu es et que tu partages généreusement avec nous. Quelque chose sourd en toi et cherche son chemin. Et comme tu travailles, enlevant tes croyances une à une, le diamant à mille facettes va être de plus en plus visible. Il nous éblouit déjà si souvent de mille reflets. Un bonheur.

C'est ici qu'on cause...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s