les blanches seulement

.

Il m’en faut peu pour m’évader. Bien que je puisse aussi être difficile.

J’aime la musique répétitive au piano. Quand j’étais petite règnait un vieux piano dans la maison corse de ma grand-mère. La pièce était immense avec un lustre. Tout le monde faisait la sieste et moi c’est justement à ce moment là que je voulais jouer. Je composais des petits morceaux répétitifs, lancinants, avec les touches blanches et des touches de noires qui me compliquaient la mise. Je mettais la pédale douce pour étouffer le son à cause des dormeurs. Je restais longtemps sur les mêmes sonorités et les harmonies qui venaient, d’une main principalement, la gauche n’étant là que pour me montrer que j’étais manchote et pas encore pianiste. J’aimais les graves, tout à coup ils enfonçaient leurs mots, j’appuyais sur les touches. j’aimais les aigues à droite que j’allais chercher avec impertinence, comme on pêche des parias qui servent peu. Je les faisais carillonner. j’aime particulièrement sur cette vidéo l’auriculaire droit qui fait tinter les cloches fines, hop hop sans en avoir l’air, sans s’y attendre, comme une clochette de brebis au fond de la vallée qu’on voit arriver entre deux rochers, lumineuse.

Publicités

4 réflexions sur “les blanches seulement

C'est ici qu'on cause...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s