Catho et autres

Hier je suis entrée dans une église. Celle du village, village que je cotoie depuis quinze ans, avec quelques infidélités, mais quand même je n’étais jamais entrée dans l’église.

J’avais du temps à perdre et je m’ennuyais. L’épicerie n’ouvre qu’à treize heures et malgré un petit tour à pied on y était toujours pas. Une dizaine de minutes. C’est long quand t’as pas envie. Il me fallait du citron et peut être des carottes. J’attendais devant l’église qui a un porche surélevé par une floppée de marches. Donc tu domines la placette, sa fontaine, ses deux troquets-mes quartiers généraux de l’été-, la pharmacie et le tabac-journaux qui ne désemplit jamais à cause des jeux essentiellement. C’est dingue comme les gens jouent. Je n’y connais rien, peut être deviens-tu malade chronique du jeu à deux balles. Je n’y connais rien, je n’ai pas essayé, mais je constate que c’est puissant, un vrai pouvoir sur la masse.

Je me suis retournée et j’ai vu la porte de l’église ouverte. Je suis entrée, c’est dire que j’étais en désarroi. C’est une petite église mais on voit tout de suite qu’elle est bien peignée et soignée. Elle a été refaite il y a une douzaine d’années, les pierres apparentes à l’extérieur ont été recouvertes de crépi beige, je n’ai pas trouvé ça chouette. Par contre je n’avais pas vu dedans. Les vitraux sont plutôt modernes et très vifs. Ils signalent des prénoms, des saints ?, avec des bouts de phrases aux lettres anguleuses qui bougent dans les cases du haut. Chaque phrase est bien choisie. Ainsi tu fais le tour des lieux les yeux en l’air dans les couleurs en pleine lumière. Pas trop haut. Tout cela est à hauteur d’homme respectable, on peut s’imaginer gagner le ciel. Pas de christ rebutant avec son sang et ses épines. C’est une église qui accueille. Il y a des bougies qui sont allumées et un bouquet de jolies fleurs fraîches dans un coin de prière, où des bancs sont regroupés Les bancs sont propres et de bois clair. Ce n’est pas un lieu sombre ni froid, je crois que c’est ce qui m’a plu.

Un panneau en bois dès l’entrée, avec des phrases d’accueil gravées. Qui disent, bien sûr, que qui que tu soies cette maison est la tienne. C’est tout de même une belle chose. Des magazines, des panneaux avec des actus récentes, des articles de journaux affichés sur le thème de l’écologie et la foi et des témoignages de citoyens locaux. Un panneau sur Haïti avec des vraies photos. On sent que des gens portent cette église, l’habitent, que ce n’est pas une coquille vide.

Je suis ressortie un peu chose. En traversant la placette, vu que trois heures avaient sonné au clocher et que pouvais aller acheter des citrons, puis en traversant la rue, je me suis dit que ce devait être formidable d’avoir la foi et une communauté à laquelle faire partie. Je sais tout cela depuis longtemps. J’ai des amis très croyants, du genre Abbé Pierre. J’entends des écrivains, des intellectuels, qui deviennent croyants à un moment de leur vie. J’entends des paroles d’ouverture et de douceur. J’ai travaillé avec des boudhistes, dans des pays où ne pas avoir une foi est pire que d’être un clodo sous moins dix degrés dehors. Tout à fait impensable. Je me souviens en avoir parlé avec Surapee, une collègue thaïe géniale. Géniale de caractère et d’intelligence et de capacité d’adaptation devant toute culture étrangère à la sienne. Nous avons parlé, marchant vers un temple qu’elle aimait car c’était celui de son enfance. Elle voulait que je lui dise ce qui s’était passé  pour que je n’ai pas de foi, en aucune religion, aucun Dieu, aucun mystère, aucun soutien. Je lui ai raconté comment on enseignait mal la religion dans mon pays, parfois. Comment on m’avait forcé à aller à la messe, comment au plus vite je m’étais dégagée de ce carcan qui ne me parlait pas. Elle m’a raconté comment elle venait au temple avec sa famille, qu’il n’y avait aucune d’obligation, cela  aurait été inimaginable de forcer quelqu’un à venir prier au temple, c’est une façon d’être, de concevoir le monde et non pas de montrer quelque chose ni de prouver quoi que ce soit. Bien sûr.

Boudhiste ? Bien sûr c’est beaucoup plus tentant que d’autres religions, puisque ce n’est pas une religion mais bien plus une philosophie de vie. Et tellement imagé, poétique, enfantin, et rempli d’actes qui entraînent une méditation, un calme, un détachement serein. La présence des temples, leur ouverture totale à tous, leur vie drôle, animée par les moinillons colorés. C’est une révélation quand tu vis là-bas. Ailleurs.

L’église qui m’a abrité, hier, ne m’a pas repoussé, c’est la première fois depuis longtemps. Je ne serai jamais catholique, c’est un rejet trop fort. Cette religion ne me parle pas dans ses grandes lignes ni ses détails et je pense que la religion a peu d’importance. C’est ce qu’on en fait qui compte et nous fait. Mais j’aimerais bien croire un peu plus, être un peu secourue et guidée, sans doute. Croire est une belle chose, sans croire un minimum à un minimum, vivre ne se peut.

.

Publicités

3 réflexions sur “Catho et autres

  1. Mais tu crois, toi ! C’est évident ! Tu crois profondément car c’est profondément que tu sais faire partie de l’univers qui t’enveloppe. Tu es chair et esprit, les doigts de pieds qui frémissent au contact du sol, tu aimes la caresse du soleil sur ton ventre, celle de l’eau sur tes seins. Tu es amour, des autres, même quand ils t’épuisent, de toi, même quand tu te méprises. Et puis chaque jour un peu plus, tu crois (de croître), tu as le privilège immense de pouvoir le faire jusqu’à ta mort.
    Je t’embrasse.
    Olivier

    1. Bon ben c’est une profession de foi digne de notre Olivier préféré. L’année commence en beauté avec toi. Tu es bien optimiste de moi, vous me le copierez 36000 fois siouplé ?
      Et toi tu crois quoi, capitaine ? Aux blés, aux fredaines, aux renaissances, aux poutres des granges, aux chouettes dedans. et ?

  2. Je découvre …par hasard !
    Par hasard comme le jour où j’ai choisi d’être chrétienne…paumé parmi des gens qui refusaient toute spiritualité pour eux même et pour les autres….
    Et aussi par hasard, je me suis retrouvée Catholique, alors que dans ma naïveté, j’avais cru pouvoir dire que j’avais choisi d’être chrétienne et seulement Chrétienne…
    Quelle déception…. !

C'est ici qu'on cause...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s