Deux livres pleins comme des théières

Retour de médiathèque. Deux livres ramenés, épais, remplis de photos.

L’un sur les maisons détournées. L’autre de Fabienne verdier et ses oeuvres en vis à vis avec des pensées chinoises.

Les maisons…

Ce sont pour la plupart des trucs de riches architectes hors de nos portées. Mais on se rince les yeux !

P1370199

.

P1370200

.

P1370201

Cette maison dans un ancien beffroi-cuve d’eau en plein Paris m’a bluffée.

P1370202

Je me suis toujours demandée comment d’anciens bar-restaurants étaient réinvestis ?

P1370203

En Angleterre énormément de chapelles à vendre !

P1370205

.

Et puis les écoles, les gares. Les gares, c’est tentant, sauf pour le bruit des trains s’ils passent encore.

.20137

.

.P1370204

.

Recycler des moyens de transports, bien sûr. On voyagera sur place.

.P1370209

.

P1370208

.

Il y a, entre autre, l’histoire d’un gars + femme et enfants,  qui cherche un appartement à Nantes. Une collègue lui parle d’un cousin qui vend une péniche. Il tombe sous le charme. « Chérie on va acheter une péniche-maison ! ». Madame n’était pas prête, elle a craqué quand même.

Fabienne VERDIER

P1370180

C’est un très gros livre très beau. Plein de couleurs vives et tranchées : bleu, rouge, noir. Et des feuilles calque, j’adore le calque.

Son oeuvre est totalement liée, au départ, à la pensée chinoise et la calligraphie. Il y a une longue préface que je vais lire, passionnante. J’aime aussi beaucoup ses « fonds » très spéciaux, je ne sais  comment c’est fait. Mais en fin du bouquin chaque oeuvre est détaillée / thème/matériaux. Les fonds sont souvent comme des paysages eux-mêmes, de par leur texture, leurs couleurs mélangées très subtiles.

.

P1370182

Ma photo ne rend rien, la toile ci dessous est fascinante.

P1370184

Le rapport entre action juste et moment opportun a toujours été le souci des Chinois.(Préface)

Dernière citation du livre :

Je ne cherche rien d’autre que l’absence de traces de pinceau et d’encre. Gao Qipei.

.

P1370195

.P1370198

Et en prime il y a mon objet favori que j’aime peindre et dessiner.

P1370186

.

Les effets avec le calque sont superbes.

P1370187

.

P1370189

.

Le tracé à l’encre engage tout le corps et toutes les émotions. C’est du « une fois pour toute », il ne s’agit pas de refaire, rajouter, corriger. C’est un mouvement de l’esprit, une prise, une seule, et un lâcher.  Même avec des pinceaux chinois de médiocre qualité comme les miens, on est transporté. L’encre glisse, si tu n’as rien à lui dire elle te dégringole confusément. Le geste doit être, sûr et libre. Ou pas.

.

.

Publicités

6 réflexions sur “Deux livres pleins comme des théières

  1. à st Montan, en face du p’tit bistrot,la toute vieille école du village ( où je suis encore intervenue , avant la construction de la nouvelle , en dehors du village) a été détournée en chambre d’hôtes , par un couple de belges inventifs
    voir ci dessous
    http://www.la-re-creation.com/

C'est ici qu'on cause...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s