Vie quotidienne ?

Le temps s’écoule, se remplit d’une encre dont les couleurs vont et viennent. Je vois des peintures se faufiler entre mes murs, entre mes pensées qui ne retiennent pas les contours précisément. Les contours, après tout, pourraient être flous.

Levant la tête à l’instant même je découvre que le robinier face à la fenêtre fait ses petites feuilles. Les meilleures. Celles à croquer des yeux. Je le vois chaque jour, c’est donc récent, une surprise de plus. Ce matin c’était les tulipes jaunes. Le moment où les arbres du quotidien ouvrent leurs bébés feuilles tendres est un moment de grâce. Chaque année il y aurait cette gracieuse providence, une certitude en cadeau.

Le voisin, pas le voisin direct, a refait son muret. Je ne le connais pas ce voisin, il n’est pas dans l’impasse ronde que j’habite. Il est juste à la sortie de ce cul de sac qui comprend cinq maisons dont la mienne. Sa maison n’a pas d’étages. Il est grand et plutôt fin mais juste ce qu’il faut, seul apparemment, cheveux blancs. Discret sauf quand il travaille en extérieur où il semble être dans son élément. Aucun travaux ne lui fait peur. En automne il se fait livrer devant chez lui, c’est à dire aussi sur la petite route, des troncs entiers d’arbres costauds. Reste à débiter. Il s’y atèle patiemment, sûr de son planning. Mais cette année un ogre géant, sans doute bûcheron, a fini des tronçons à la hache. Un Barbe Bleu en puissance. Je ne vous décris pas son corps, ce que vous imaginez est bon. Un colosse. Il lançait la hache en l’air et l’abattait avec une précision diabolique sur les morceaux de tronc d’arbre. Ploc. Fendu. K.O. Cela ne lui prenait pas plus de trois autres coups pour débiter des bûches. Je n’osais pas regarder inquiète  que ce ne fut un serial killer au chômage, en plein désarroi et embauché par le voisin dans un naïf élan de pitié généreuse. Il était seul ce géant, le voisin ne passait pas le voir, personne n’aurait osé s’intercaler entre lui, la hache et le bois. Un rituel très dessiné, extrêmement synchronisé, une prière païenne, un culte de la force sauvage. L’efficacité brute. Il n’avait jamais soif, ni faim, il ne s’arrêtait pas, il tranchait les arbres mis à genoux devant lui, machine huilée, brûlante. J’effleurais de loin ce spectacle en me demandant comment tel homme pouvait exister. Un vrai spectacle de foire, de lutte. Bref, il a tout exécuté en deux jours. Plié. Sortez. Rien à ajouter. Il est parti comme il est venu, je n’ai rien vu. C ‘est la seule fois où ce n’était pas le voisin lui-même qui travaillait dehors.

Le mois dernier il a refait son muret et passant à pied devant, une fois, puis deux, puis presque trois parce que cela devenait plaisant de le voir me sourire, je lui ai lancé ma bonne tronche et des bonjours et des bravo. Les hommes sont fiers qu’on aime leurs travaux manuels dans lesquels il mettent toutes leurs compétences fragiles. Il est beau son petit muret. « Attendez que ce soit comme le mur » m’a t-il lancé me montrant le joli jaune paille de sa maison orné de mouvements plus foncés, des lignes courbes par ci par là. Ainsi, quelques jours plus tard je constate que le muret porte le même manteau que les autres murs. Fond jaune et fantaisies ocre-roux.

Que se passe-t-il dans cette maison ? Les volets souvent clos. Une cheminée qui fume de temps en temps. Je crois qu’il vit seul cet homme. Un potager au carré, en rectangle. Une maison d’homme, bien dressée. Je passe devant chez lui chaque fois que je vais à la Poste. Il y a rarement quelqu’un, parfois il sort sa voiture de son petit garage en bois. Je suis sûre que c’est lui qui l’a construit. Il faudra que j’observe si le barbecue en briques, dans le coin du mini jardin,  fume en été ou pas.

.

Publicités

4 réflexions sur “Vie quotidienne ?

  1. Oh là là … Barbe Bleue, mince alors !!!! J’ai dû faire une terrible erreur en ensorcelant ta carte de voeux (je débute en sortilèges) j’avais dis « Abracadabra tirlala la que Laure rencontre un personnage de conte, tirlalère la Fée Clochette ». Et voilà que tu croises Barbe Bleue, il m’a toujours terrifié celui-là !
    J’avais vraiment l’impression d’être derrière tes rideaux et de l’observer brrrrrr… Mille excuses, je vais réviser…

    Bise

  2. Du beau travail….muret, bois débité ????
    Souriant ce voisin ???
    Est-il seul ????

    J’entends tes arbres chuchoter ..leur musique arrive par dessus les toits…collines…

    Pourtant, je n’ai pas d’acouphènes…juste un peu lasse du retour de la pluie !!!
    A +++ Laure

C'est ici qu'on cause...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s