Nuque contre toi

Juste avant que je ne me réveille je suis dans un escalier, à un demi palier. Sur ses genoux. Autour c’est du béton gris, un peu bleu. Les escaliers sont en pierres lisses, anciennes. C’est presque un décor, une scène.  Je ne vois que mon buste et le sien. Je ne vois que son cou, je vois aussi mes cheveux. Je suis brune, très brune aux cheveux longs, très longs. Sa chemise est ouverte largement, une chemise blanche extrêmement douce. Il est brun, très brun aux cheveux noirs épais, très épais et bouclés, courts. Epais, voluptueux, de ces cheveux qu’on aime prendre dans les doigts. Je prends. Il prend. Nous prenons, Sainte Marie Jésus et par tous les saints nous sommes. Assis je ne sais comment sur ce palier gris ancien, beau, vide, glacé, haut. Tels dans une alcôve d’église, tels dans un couloir de palais. Isolés, secrets. Mes bras tournent, enlacent et trouvent. Je ne vois que des nuques et des baisers. Embrasser cette nuque, descendre mes lèvres sur ce cou est plus important que tout. Je fais. Il fait. Nous faisons. Sainte Marie pauvres pêcheurs nous sommes vos poissons. Nous adorons, nous montons, nous virons. Dans la fougue et la lenteur. Un ralenti net qui s’inscrit dans ma poitrine et me met en fleur. Ces deux têtes que nous sommes et leurs cheveux qui dansent, noirs, très noirs. Non jamais cela ne s’arrêtera. Les bustes vrillent, des jambes ne touchent plus terre. Et toujours ce col de chemise qui s’ouvre volontaire, volontairement frôle mon désir et l’accentue. Mes joues, mes narines se nichent dans ses creux. C’est un rêve. Nous ne sommes ni habillés ni déshabillés, juste la frontière entre la réalité. Et la réalité. Nous tue. Nous garde. Mémoires vives délivrent des instants qui n’ont jamais cessés. Une dernière fois ta chemise transparente à rayures blanches, blanche, douce, transparente, douce, fine, légère. Tu la déposes sur la poignée de la fenêtre sur ce même palier. Tu t’es levé, tu es parti. Je vois ta chemise plissée, je ne suis pas dans mon lit pourtant je suis réveillée.

Publicités