Novembre

On ne s’est pas encore décidés à franchir l’espace intergalactique entre notre cambrousse et Grenoble pour aller voir ce film. Non seulement le sujet me passionne mais il y a Matthew Mac C.

Et bien sûr tu ne peux pas allez voir un film avec lui en v.f ce serait péché et gâcher le prix du ticket . Donc, la v.o c’est à Gre. Comptez 3h aller-retour, le temps de trouver à se garer sur place.

Bref une après-midi entière et je nous connais, un resto en prime le midi, donc un bras à débourser. Le thermos à remplir pour tenir 3 h dans une salle de ciné, etc. Merde, va falloir que j’aille seule si ça continue.

A part ça j’avais des envies de commenter sur le travail, sur les coupes budgétaires ici ou là, sur ma collègue du conseil général qui est entrain de creuser sa tombe au travail. Qui emmène dans sa tête chez elle tous les mômes qui lui sont confiés par la Justice, tous les emmerdements, toutes les familles de violeurs, toutes les mineures défenestrées. Pourtant elle a de la bouteille, elle a franchi les échelons et avait pris du recul, beaucoup de recul, mais elle a comme rechuté avec des nouveaux secteurs en charge et une vie ancrée dans le professionnel à nouveau, terriblement. Non, c’est pas des boulots. On ne sait plus où mettre tout ce monde qui vit une vie misérable, comment séparer les uns et les autres pour éviter le pire, comment remplir la paperasse, comment une phrase peut faire basculer une enfance ou en protéger une autre.

Je ne peux plus appeler au téléphone cette amie qui ne prend plus ses RTT. Qui ne lit plus, fume de plus en plus puisque le pneumologue lui a dit qu’elle n’était pas encore cancéreuse. Je suis tranquille elle ne lit plus rien, elle ne vient plus sur son ordinateur, d’ailleurs elle ne vient jamais ici, donc je suis tranquille je peux redire ce que je lui ai écrit, puisqu’elle ouvre encore son courrier postal, je peux lui dire, continue, tu ne peux pas faire autrement, et prends toi un bon arrêt maladie, chaque chose en son temps.

C’est un travail où les vacances ne servent à rien, c’est le seul travail, puisque je l’ai fait je peux dire, le seul travail où ton potentiel de repos est ruiné dès ta première demie-journée de reprise. Tu ne veux même pas prendre trop de jours parce que les dossiers s’accumulent et quand tu reviens ton bureau n’est plus accessible sous la pile de parapheurs à signer, de dossiers, de nouvelles instances, de choses urgentes à faire avec une sphère familiale au bout qui attend et souffre et une smala de collègues itou. Un boulot de merde.

Moi je fais maintenant un boulot gentil, agréable. J’ai choisi. Cette question de choix c’est quand même LE TRUC dans la vie. Quand tu oses dire que tu « as choisi », ceci cela et que c’est pour être heureuse, tu as toujours en face de toi des gens auxquels tu parles chinois et de leurs yeux de cockers victimes du Monde entier te toisent méprisants. Je ne leur parle plus depuis longtemps.

J’ai même tendance à me foutre un peu de la crise actuelle dans mon boulot. La Mairie qui coupe les budgets et sans doute au moins deux salariés à licencier. Je dis à la collègue, profite du wagon, tu n’en peux plus, n’attends pas la cinquantaine que tu auras dans deux ans, pars maintenant, licencié économique c’est le pied, moi j’ai repris mes études grâce à ça il y a quinze ans. Les perturbations c’est bien, les gifles dans la gueule aussi.

Sur le plan politique je suis molle. Je n’ai pas envie de lutter et je ne sais pas contre quoi lutter. L’idée même me repousse. J’irai aux manifs que la structure organisera mais je les trouve ridicules. Dire pour dire, sans espoir de changement car c’est le cas ici, rien ne modifiera la décision municipale, dire pour faire pipi dans son coin, dans ce cas précis, est ridicule. Agir autrement, voir autrement, ne rien demander à ceux qui ont décidé de faire des coupes dans ton budget, décider de faire avec et de s’adapter ? Qu’est ce qui fait bouger ta vie dans le fond ? Tout.

 

.

 

.

Publicités

C'est ici qu'on cause...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s