Tout de traviole

Choqué est le mot. On peut le mettre au masculin, au féminin, au pluriel.

Mais nous ne sommes pas atteints de la même façon. C’est cette solitude qui m’assaille, pas la mienne propre mais celle d’une société que je ne sens pas unie. Je veux avoir tort.

Je ne dis que ce que je ressens, cela n’a aucune valeur objective. Il se trouve qu’en ce moment je ne travaille pas avec des intellectuels diplômés. Ou si peu. Il se trouve qu’actuellement je travaille avec une majorité de musulmans qui ne sont pas nés ici, qui ne sont pas allés à l’école ici. Des personnes toutes différentes. Les groupes de femmes que j’accueille, là on parle d’analphabètes. Je te raconte pas être analphabète, femme et musulmane. Mauvais karma. Puis il y a mes collègues, des jeunes et moins jeunes. Les moins jeunes ont une sensibilité de gauche. Ont une conscience politique, la leur. Les plus jeunes sont tellement peu instruits et cultivés, je veux dire par rapport à moi, à mes deux collègues qui ont été à l’école ici au delà du Bac. Nous n’avons que si peu en commun. Une jeune animatrice demande, 24h après la tuerie, qui est ce gars, Charlie qui a écrit son journal ? ce jeune animateur évoque Ben Laden avec fierté, pourtant c’est l’un des plus ouverts parmi les moins de vingt ans.

Je n’ai pas plus de repères et de valeurs communes avec le bûcheron venu dézinguer le jardin de mon voisin ( tu sais l’ex ornitho….ben c’est fini le refuge LPO !) qui se marre quand je lui dis mercredi  » Vous avez vu ce qui se passe à Paris ? » , qui se marre et me dit  » Ah ben y’en aura d’autres tant que…. » je suis partie sans attendre son commentaire raciste FN. La base. Les arabes dehors. La base dans les communautés musulmanes que je croise et accueille dans mes groupes : les juifs sont en guerre contre nous.

Bon alors tu la touches un peu mieux ma solitude ? Je ne suis plus entourée de cadre militants qui savent penser, comme j’aurais pu l’être au Conseil général, mais je ne suis heureusement  plus dans cette crèche parentale de campagne avec une petite équipe sans instruction, avec une mentalité à pleurer. Je ne me plains pas, je travaille dans une structure militante, c’est déjà ça.

Nous ne sommes pas unis par ici, je ne le crois pas une seconde. Je le savais finalement. Les évènements ne font que mettre une croix rouge dans mon espace temps. L’impact des évènements est totalement différent d’une personne à l’autre. Diamétralement différent. Il y a ceux pour lesquels ce journal représente quelque chose, ils le connaissaient. Ceux pour lesquels la liberté de la presse et la liberté d’expression ont un sens politique dans ce pays, parce qu’on connait son Histoire, qu’on a une éducation, une instruction, une pensée qui tricote. Je caricature tout car sinon c’est trop compliqué, tout est entremêlé.

Il y a le problème des religions. J’y ai pensé cette nuit. On a eu nos siècles d’horreur, on sait ce que les religions peuvent apporter de connerie et de sang. Les guerres, les massacres en Amerique du Sud, la conversion des mécréants. Comment en sommes-nous sortis, voilà à quoi je pense entre 2 et 4 h du mat. La religion s’est séparée de l’Etat, la religion s’est détachée de l’instruction ou plutôt l’instruction s’est débarrassée du carcan de la religion. Nous avons mis des siècles. N’importe quel gosse a pu apprendre, partout, sans croiser un cureton. Les livres de classe se sont laïcisés. La laïcité est entrée dans le pays et a pris possession des organes vitaux.

Je travaille avec des femmes musulmanes qui n’ont pas choisi leur religion. Il y a des pays qui ne peuvent pas vivre et respirer sans la religion. Je n’aime pas toujours ce que je vois de cette religion que je trouve difficile à aborder quand on ne comprend pas l’arabe, quand on ne connait pas cette culture. Je la trouve très contraignante car je suis fervente de liberté à tout prix et de liberté de la femme. Heureusement de nombreuses femmes sont musulmanes et libres. Mais moi je ne les vois pas beaucoup. J’ai aussi travaillé avec des boudhistes, pour lesquels être boudhiste est une évidence acquise dès l’enfance dont ils ne se départiront jamais. Mais bigre. Aucun rapport. Leur quotidien est dans leurs mains, ils vont à l’école, garçons ou filles, ils n’ont pas de contraintes, ils n’en imposent même pas dans leurs façons de pratiquer. J’ai eu des amies juives. Je ne savais même pas qu’elles l’étaient. Leur travail, leur façons de vivre, leurs valeurs peuvent être totalement en accord avec ce que je vis et pense. Mais bien sûr, il y a les extrémistes. Grand hélas, juifs et musulmans vivent des dérives radicales monstrueuses au sein de leurs religions ou des états qui s’en servent.  Le conflit Israël-Palestine est une plaie vive. Dans ce creuset se sont engouffrés tous les racismes, les antisémitismes. Je me souviens de cette jeune femme très voilée dans un de mes groupes qui a fait allusion  » Nous aussi on est en guerre… » quand j’expliquais le génocide des juifs. Mon coeur a cogné. Dans le ton de sa voix, fière comme une combattante qui va sauver  « son peuple », j’ai su qu’elle était radicalisée, perdue pour nous. Sa tenue, de toute façons, en disait long. Nous avons dans le quartier de ces jeunes filles qu’on a connu avant leur majorité, jolies et légères, se voulant encore autonomes. Et qu’on revoit voilées de la tête au pied en noir ou en gris les beaux jours. On sait alors quels types d’hommes elles ont épousé. Je caricature parce que c’est tellement compliqué, dès qu’on dit un truc on se trompe, on ne voit qu’un petit côté de la face.

Je n’écris que ce que je ressens. C’est sans intérêt théorique. Des attentats il y en aura d’autres. Là dessus tous les spécialistes sont unanimes. Pourquoi les forces de l’ordre et du renseignement ne travaillent-elles pas plus avec les chercheurs spécialistes de l’Islam ? Je pensais cela ce matin puis je l’entends aussi à la radio. Hier j’ai regardé la télé bêtement. Les deux prises d’otages. De toutes façons je suis dézinguée alors autant y aller franchement. Sur la 2 il y avait Filiu. Déjà entendu sur Arte. J’aime bien car il a un air doux et il parle cru. Il connaît très bien le sujet, travaille et enseigne sur l’Islam, écrit, etc. Il est très clair, le pays sera attaqué encore c’est évident. Des hommes ont été formés pour et n’ont peur de rien. La grande erreur, pour lui, c’est la non intervention en Syrie l’été 2014. On a eu la preuve des gaz chimiques. Hollande voulait l’intervention, Obama l’a dissuadé. A partir de là les chiffres des départs « pour le jihad » explosent, dit-il. Il faut intervenir et arrêter les donneurs d’ordres sinon on ne fait que ramasser les dégâts sans agir sur les sources. Bon. J’écoute.

Les jours passent. Je reste mal réveillée, mal dormi, profondément bouleversée, comme si la nature même du sol se transformait. Je pense à mon terreau vital. Je n’ai rien à construire de mieux pour moi pour le moment je suis trop « up and down » as they say. J’ai pourtant agi dans ma vie, on ne peut pas dire que j’ai glandé derrière un bureau inutile. Je suis partie très loin, j’ai travaillé pour les Nations unies et l’Unesco, j’ai cotoyé des grands projets internationaux et toutes leurs dérives, leurs réalités extraordinaires et j’en ai tellement appris. J’ai travaillé avec l’humain toute ma vie, surtout en France de très près, près de la misère humaine régulièrement pour y donner ma pensée, mon analyse, ma force, des directions, de beaux changements bien pragmatiques et positifs parfois. J’ai fait des études et repris des études. Psycho, éducation, socio, sociolinguistique. J’ai voulu ensuite ( après mon DEA de 2001) faire de l’anthropologie politique à St Etienne ( reçue par les profs pour mon projet ) mais je me suis calmée. C’était vraiment très loin de chez moi et il fallait à nouveau étudier nos relations avec les étrangers et surtout avec les maghrébins ( mon DEA ayant mis en lumière le poids de notre passé avec l’Algérie…contre toute attente car ce n’était pas dans mes postulats de base). J’ai voulu reprendre la sociolinguistique pour une Thèse ( projet accepté et encouragé par la fac) qui m’aurait entraînée à nouveau dans une large pluridisciplinarité et vers la psycho. Je n’ai pas voulu.

Bon alors maintenant, Laure, tu fais quoi ? Puisque la vraie question c’est ma place dans ce monde, ma façon de tenir debout, de faire avec le bordel du monde, de croire en quelque chose, un truc qui fasse lien, qui solidifie parce que, nous le savons, on l’entend assez, on va vers des drôles de périodes. Nous sommes le Monde, le Monde vient sur nous avec toute sa puanteur et sa méchanceté. Je dois refaire mon monde, les événements tragiques m’ont cassé en petits morceaux, ont cassé le fragile équilibre que je tentais de maintenir. Même à la maison, personne n’est touché pareil. Lui n’a rien changé à son quotidien. Il mange, il fait son sport à la même heure, il a une routine qui est son bâton pour ne pas sombrer donc il tient en apparence, de la même façon qu’il y a huit jours. Moi je m’isole par moments, j’écoute la radio, j’essaie d’écrire, je pense à la politique puis je pense au bordel des interactions mondiales. Je pense trop loin, trop global. Je suis de traviole. Je n’arrive plus à ne penser qu’à moi et pour moi. En même temps je veux repositionner ma personne en fonction des autres, de la société dans laquelle je vis (je ne suis pas sûre encore de partir sur une île déserte), refaire mon dessin, remettre des coups de crayon noir là où il faut.

Je te dirai quand ça ira mieux. Quand je serai redevenue égoïste écervelée.

.

Publicités

12 réflexions sur “Tout de traviole

  1. j’adhère à tout ce que tu ressens…à « presque tout » la différence est parce que je n’ai pas vécu le même parcours que toi, pas les mêmes expérience de vie..et comme toi hier , complètement déboussolés nous étions…aujourd’hui, on repart, pas tout à fait les mêmes et ne dira pas on recommence !!!!
    c’est lourd! très lourd

  2. oui séisme qui va nous chercher loin dans nos valeurs et socle démocratiques, attentat sur du symbolique, répondre sur la même dimension, j’irai dimanche faire nombre. Sans doute oui abandonner la Syrie est ce que l’on paie lourdement de même que les syriens et tous les hommes libres du moyen-orient et d’ailleurs. Mais les attentats, les enlèvements, les tueries sont partout en ce moment, c’est la liberté , le droit à être ce que l’on est, l’instruction etc que l’on assassine…
    Maintenant tu poses une vraie question, concrètement que faire, comment vivre après, comment faire monde encore ensemble, je me sens complètement seule aussi… et dépassée…

  3. Je n’ai pas le même beau parcours que toi, un autre donc, celui de l’Histoire. Et plus tu rentres dans l’Histoire, plus tu vas profond, plus tu te retrouves vivre avec les hommes du passé, tu vois bien que la vie des hommes, partout, de tout temps, ne vaut rien. Rien, pas de valeur, ils servent juste des idéaux, ou pas d’idéaux du tout. Ils vivent, ils meurent. Ils sont morts à la découverte du monde (mon dada) sur les mers, sur tous les continents, ils sont battus à coups de bâtons, à coups de canons, à mains nues, ils ont eu mal, très mal, se sont noyés, sont morts en esclavage, de faim, sous les tortures plus inventives les unes que les autres, pour mille raisons.
    Aujourd’hui c’est l’Histoire qui continue. Quelques soient les raisons, c’est maintenant, on la vit, et les hommes s’inventent de bonnes raisons pour continuer de s’entretuer, ils ont toujours fait ça.
    Apres tout ce qu’on est en train de vivre, les guerres partout dans le monde, les jeunes filles enlevées par Boko Haram, les 3 avions tombés, j’espère juste passer entre les gouttes, et vivre et aimer le mieux possible.
    ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

    Malgré tout, je me demande ce qui va arriver à « Padamalgam »?
    J’ai lu: « Tous les musulmans ne sont pas intégristes, mais tous les intégristes sont musulmans. »
    Qu’est ce qu’il va se passer avec ça?

    1. Merci pour ce réconfortant commentaire
      Je suis tout à fait d’accord avec toi
      Moi je suis encore sous le choc, vraiment en état de choc, pas dans mon état normal et incapable de réfléchir correctement

      Ensuite, donc, je vais me retrouver et prendre ce recul que tu me donnes là, généreusement

      Par contre pour l’amalgame, tu (on ) as du souci à te faire, parce que le racisme ordinaire est implanté depuis longtemps, alors là…

  4. As tu regardé Jeudi soir, l’émission de « la grande Librairie » ?
    Bunuel avait changé le programme annoncé, et invité des amis des Charlie »: Pennec, Uderzo, Tahar Ben Jelloun,.et d’autres dont j’ai oublié le nom
    Les échanges étaient très positifs, tenant compte de ce qui avait été vécu entre tous ces personnages, faisant des projets pour l’avenir, tant pour le journal que pour la société.. Soirée paisible et enrichissante, malgré le contexte.
    j’ai cherché un replay que je n’ai pas trouvé.

  5. C’est très noir ce que tu dis, mais c’est aussi mon ressenti. On est tous en état de choc. Pourvu que ce soit aussi le début d’une prise de conscience, que le bel élan de solidarité républicaine ne disparaîtra pas avec les vapeurs de notre gueule de bois.

  6. Nous sentons aussi une énorme solitude, toutes ces solitudes font réfléchir, pourquoi n’arrivons-nous pas à rassembler celles-ci, parce que c’est trop, nos idées se bousculent, sont balayées, de traviole, nous sommes.
    Mais franchement là je n’ai pas de mots, je ne sais plus. Je voulais juste te dire que je t’ai lu, dans d’autres situations, je commençais à apprendre que la réflexion ne mènerait nulle part, à un moment où l’esprit est trop embrouillé, piqué par des émotions fortes, l’action sera préférable, à titre personnel, n’ayant pas le bâton de marche, la routine, qui aide et que nous n’avons pas. Alors peut-être prendre les pigments, les crayons, les feutres et s’activer sur un support. Je n’y suis pas arrivée pour le moment mais j’y pense.

    1. Il faut trouver la création et développer la liberté en nous
      Je pars pour Grenoble ce dimanche nous y consacrons la journée ( route, resto, etc..) pour être dans la marche de l’aprem
      Etre entouré, faire l’effort d’aller auprès de ceux qui se lèvent et se lèveront
      Debout

C'est ici qu'on cause...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s