Etrange journée

C’était une étrange journée qui a débuté vers midi.

J’ai pris la route pour aller prendre le thé chez une connaissance qui vit retirée des ondes, des wifi et autres conneries. Elle en souffre énormément dit-elle. Elle a enfin trouvé un hameau calme, isolé, un lieu qui ne la rend pas malade.

La route est belle mais décevante en cette saison si j’osais le dire. Une fois le tunnel franchi on arrive sur le plateau et la neige est encore là, tenace jusqu’aux bords des routes en tas gris sales. Je traverse le village puis je monte la pente et m’arrête devant chez elle. Un chien aboie.

C’est une chienne malheureuse qu’un locataire a abandonné là. Le proprio chasseur-agriculteur,l’a attachée à une chaîne, elle a une cahute en pierres et deux mètres de chaîne. Je vais la saluer dès que j’ai salué la copine, j’amène des croquettes dans une casserole et je fais connaissance. Elle est gentille, intelligente, réceptive, en demande urgente d’affection. La misère. La copine l’emmène parfois promener mais la chienne tire tant sur la laisse que la copine en a laissé deux vertèbres et est immobilisée. Damned. Une misère.

Au chaud on boit la tisane. J’écoute une vie, on fait connaissance, en somme. J’écoute une vie terrible, pleine de souffrances, un parcours hallucinant. Je raconte des choses hallucinantes aussi peut être. On parle de nos morts. On s’écoute. Je conte. On s’apprivoise.

En partant je retourne caresser la chienne et lui parler. Je voudrais pouvoir l’apaiser, lui passer un peu de baume. Sa condition est triste, triste à chialer. Je lui dis que je reviendrai. Je prends la route. Dès que la voiture roule je décide de calmer ma peine, je ne peux pas me démoraliser à cause de cet animal maltraité, bon sang. Je pense à tous ces moments où on laisse derrière soi, y compris le malheur des autres pour rouler vers un peu de notre bonheur égoïste sans lequel comment faire ? Un chien errant tout poilu et mouillé, semble-t-il, se précipite face à ma voiture dans un tournant un peu sec. Heureusement je ne roulais pas vite, on aurait pu croire à un suicide canin. Il traverse enfin tandis que je suis à l’arrêt affolée, il prend le petit pont et le chemin. Je suis cognée dans ma tête. La chienne, la route, la vie impossible avec le passé de l’amie rencontrée. La neige et la glace, les ruisseaux sur le bord de la route qui dévalent aveuglement, remplissent, remplissent. Je laisse la chienne derrière moi. Il faut s’arracher, extirper la peine, la tristesse.

Je roule un peu plus vite, je suis contente de redescendre vers moins d’hiver, vers les plaines vertes, les arbres en bourgeons si l’on regarde bien.

Chez moi, une heure plus tard j’apprends que cette femme, âgée certes mais extrêmement jeune et dynamique et que j’affectionnais, est morte dans son jardin, d’un coup, il y a six mois et je n’en savais rien. Depuis des mois je pensais aller les voir. En février je préparais ce que nous pourrions nous dire au téléphone, par exemple, si je pourrais dormir une nuit chez eux. Pourquoi ne l’ai-je pas fait avant, on en parlait il y a deux ans, je n’ai pas franchi le cap. Je suis restée immobile. Ce n’est pas que j’étais importante pour eux. Un détail dans leur vie. Il y a des personnes, surtout les personnes plus âgées, quoi que…, qui ne savent pas ce qu’elles sont pour vous. On pense que c’est évident mais pas du tout. Et puis c’est comme ça, parfois c’est déséquilibré, pas sur les mêmes modes, décalés. On les a fait entrer dans notre vie comme des pierres essentielles, des précieux, des qui ont fait changer la donne, ont donné des ailes. Mais pour eux rien de tel, ce n’est pas mutuel, pas de la même veine. C’est ainsi c’est la vie. Cette chienne attachée attend encore. Quelque secours, une main amie, mais qui repart, qui vit sa vie et s’en va, la laissant seule emprisonnée dans une belle campagne, dormant dehors sous le gel.

.

Publicités

2 réflexions sur “Etrange journée

  1. c’est affreux cette histoire de chienne enchainée, je ne sais pas comment tu as fait ..
    j’aurais certainement fondu en larmes..
    je suis dans une période assez étrange moi aussi, je te dirai mieux par mail
    la pluie est glacée.

    1. Merci pour ton commentaire

      Je crois qu’il se passe, pour moi, une petite prise de conscience moi/les autres et mes décalages
      Sans aucun doute douloureux mais très salutaire

      De plus j’ai parmi mes ami(e)s des personnes qui abordent de grands tournants passionnants.
      re Centrage ?

      Pour la chienne, affreux. La copine visitée s’en occupait un peu mais maintenant moins car immobilisée.
      On a promis qu’au printemps on l’emmène balader sans laisse
      Dans le vercors pas le droit de laisser les chiens en liberté en hiver m’a-t-elle dit, à cause du gibier…des chasseurs….euh. Meuh
      Oui terrible
      et une concordance d’émotions et de signes peut être

C'est ici qu'on cause...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s