Lisser les plis

Petite échelle grandes manoeuvres. Qu’est ce qui vaut la peine de se fâcher, de se contrarier ? Je sens monter, je sens tourner, puis je me dis « Qu’est ce que tu cherches de toi de plus ? L’orgueil est-il au taquet ? ». Puis je laisse, une heure reposer dans ma casserole, car je ne veux plus rien al dente. Je laisse passer. Car je ne veux plus rien dévorer à me faire mal au bide. Mes tendons, mes racines, mes corps mous trop tordus ne veulent plus. Mon cerveau affiche son panneau « Stop now ».

Non, bon. Alors je laisse, la pluie entrer dans la casserole, le piment se déliter et tout ce qui ne donne rien à force, à la longue, à la pêche aux contrariétés, non je ne veux plus m’énerver, plus donner. Alors je laisse une bonne heure le feu seul sur son feu et moi je souffle en l’air de l’autre côté, j’attise la fraîcheur. Pas naïvement, au contraire. Avec le temps. Je commence à me connaître. Et mon ventre et ma peau et mes plissements et mes cheveux cassants. Et ma langue qui porte faux et mes yeux qui regardaient trop.

Alors je laisse et la casserole s’évapore avec son contenu. Le contenu de mon esprit mal venté. La casserole des échauffements, des échafaudages, se tire une balle. Il ne reste plus rien, et c’est l’espérance, c’est une délivrance, il ne reste plus rien car tant de choses n’ont que l’importance qu’on leur donne et n’en valent pas cette peine. N’en valent pas. N’emballent pas. Il n’y a plus de place pour ce qui ne donne rien. C’est l’heure des récoltes, du miel et des festins. Juste se battre contre soi-même quand le rouge est mis. Repartir au vert, plein gaz, fenêtre ouverte, la poubelle est derrière, jeter d’un trait ce qui ne ferait que marche arrière. Le corps se laisse traverser par l’aigre averse puis est tout ébouriffé étonné de ce bon coup. Lâcher, laisser du mou, là où c’est laisser qui remplira. Faire l’absente, la muette et se consacrer à ce dont j’ai besoin pour aimer vivre. Le soir, dans mon lit , allongée sur le dos, répéter ce mantra  » Je suis bien, comme c’est bon, oui,  je suis bien ». Flaque qui flotte et veut apprendre à voler.

.

.

Publicités