Renversement et ouverture

Je reviens chez moi. On part, je crois, pour se demander où l’on reste, ou pas. Où l’on est, en somme. Avec toutes les parties, tous les partir. On part. Et quand je suis arrivée à Paris vendredi je me suis demandée ce que je faisais là. C’est exactement la bonne question des mouvements, je pense.

C’est la première fois que je n’aime pas Paris du premier abord. Moins subjective moins collée à mon doudou et dégoûtée par la foule de touristes et badauds, je n’en avais jamais vu autant pourtant j’en ai vu. Je n’ai rien vu venir et j’ai bêtement arpenté des boulevards maléfiques remplis de magasins et de terrasses de troquets. Donc, noirs. Noirs de monde. Avec quand même un joli goût dimanche sur le Boulevard Saint Germain, on se serait cru en manif joyeuse. On peut aussi manger tout le temps et de tout à Paris maintenant. Sur ce boulevard tout le monde buvait et mangeait de tout à 16h: du salé comme du sucré et de l’indéfinissable de tous pays. Bien.

24h à ne trouver aucun charme aux lieux, aux rues, aux places, à rien. Jusqu’à ce que je me frotte au Jardin des Plantes de bon matin. Rââââh. L’accueil y est. Les merles aussi. Vu deux expos, enfin, une expo sur les grands singes pas géniale, puis la Galerie de l’évolution et là j’ai déversé trois pages sur un carnet donc patience, demain, avé les photos. J’en ai pris plein les mirettes. Je suis entrée dans le Jardin à 10h j’en suis sortie à 15h.

Ensuite, sur les quais, les bouquinistes avaient vraiment du choix. Heureusement je n’avais pas 50 euros en liquide. J’ai tout misé sur ma vieille tante, lui ai pris trois livres et on m’en a donné un, j’ai trouvé cela adorable « On est là pour ça » me dit le bel homme à chapeau. Je lui avais parlé du goût de la lecture de ma tante, « C’est tout ce qui lui reste, avec la musique ».

Ce n’était pas simple pour moi mentalement de dormir chez elle. Mais elle a aimé, je lui ai fait plaisir. Mais je n’y retournerai pas. Pas pour le moment. Ce matin avant de partir je me suis glissée juste derrière chez elle, dans le 14eme et j’ai enfin retrouvé Paris. Des parisiens et des belles ambiances, je veux dire. Je suis tombée sur une rue, la rue des Thermopyles. Qui ressemble à un passage mais qui est une rue, pavée, piétonne et envahie de nature. Que s’est-il passé pour que les parisiens aient là décidé de créer des jardins partagés, de laisser pousser les arbres, et d’en planter sur les trottoirs ? Des glycines ancestrales courent entre les maisons au dessus de la rue formant des tonnelles entre voisins. C’est sensationnel. Un lilas mauve devenue un arbre géant ploie au dessus de nos têtes. Au bout de la rue, un petit immeuble écologique abrite un espace citoyen collectif. Jardins partagés, compost, espace extérieur de rencontres, animations écologiques.. Les rues autour ( vers la rue du moulin vert) sont toutes contaminées par l’amour des arbres, des plantes, oui on a laissé des plantes grandir, s’épanouir, c’est dingo. Tout l’arrondissement est impliqué dans la pratique de l’écologie au quotidien dans tous les lieux collectifs, toutes les parcelles, tous les recoins. (cf : « graine de quatorzien »). Alors oui, je suis repartie rassurée, loin des furies que j’avais croisées durant le week end.

http://www.pariscotejardin.fr/2010/07/la-rue-des-thermopyles-un-havre-de-verdure-dans-paris/

Avec en prime, au pif de la balade, les retrouvailles avec L’Entrepôt. La star des années 70-80, ciné militant, librairie, resto, etc. Qui a l’air de tenir bon. Et le resto est une merveille avec son côté jardin, à tester la prochaine fois.http://www.lentrepot.fr/restaurant-bar-cocktails.html

Pour le reste ma tête est pleine. De mots, de phrases qui se bousculent, elles veulent écrire, elles dressent des plans, des chapitres, des montées et des descentes, des bases de récits et de fondements à écrire se jettent les uns sur les autres. Cette escapade m’a retournée, contournée, renversée, attrapée.

.

C'est ici qu'on cause...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s