Je veux

Je rêve beaucoup. J’ai tellement rêvé que je ne sais plus par quel bout les prendre, ces rêves au milieu d’une réalité ne veulent pas rentrer.

J’ai beaucoup rêvé, il y avait beaucoup de personnes. Des phénomènes impossibles entre nous, entre eux et moi. Tous venaient à moi avec des sourires. De la circulation d’exister au sein de mes rêves. Puis ils repartent avec moi.

J’ai beaucoup rêvé comme une autre vie, plusieurs vies mêlées qui me disaient. Au matin j’ai le sentiment de m’être perdue, de ne plus me rappeler. Comment on s’appelle ? On refait quand ? Quoi ? Ce rêve là ? Ou plus simplement celui-là. Celui que j’ai laissé. Peut être quand je t’ai laissé mais savais-je ce que je faisais ?

J’ai fait de nombreux rêves et ces derniers temps j’ai un goût de regrets. Les laisser dans la nuit, endormis, où peut être mes disparus revivent. Le matin je me laisse dans cette profondeur vivante où les rêves m’intiment et m’intimident tant que je ne me souviens plus, très vite se perdent, celle ou ceux que j’y ai croisés et qui me disaient tant. Au coeur de mon corps feignant l’endormissement tandis que mon cerveau s’envole et que mon  inconscient devient conscient. Je fais tant de rêves, les laisser sans savoir comment y retourner me laisse un chagrin que je dois cacher.

Je rêve de les revoir, tous un à un, les reprendre au même moment où je les ai laissés. J’y suis attendue. Délestée du poids des journées sur la Terre, délestée des contraintes du passé, délestée de la brutalité de l’avenir, des écarts de sentiments, délestée des abandons, délestée de tout ce que j’ai laissé derrière moi, délestée de toi qui n’est pas là, ni toi, délestée des écrasantes réalités, du moins telles que je les perçois. Telles qu’elles percent en moi un grand abcès. L’abcès du temps qui passe, le creuset de l’amour et des amitiés qui tiennent et maintiennent les distances, bien à distance puisqu’il faut exister tel qu’on est, c’est à pleurer, puisque je voudrais rêver, rester dans mes rêves chauds où tout est là et possible tout en même temps.

J’ai rêvé énormément embaumée d’un irréel plus essentiel que la banale réalité. Je m’endors en spirale, enroulée dans les mondes qui me portent, je ne veux pas me réveiller. Il y a des mondes bien plus grands, bien plus grands. Je reste, finalement, enroulée, entraînée par une masse chaude qui roule dans mes profondeurs où je suis entière et toute renouvelée. Tout ce que j’ai voulu être, où me faufiler, est bien présent dans ces mondes. J’y existe vraiment. Le matin est un deuil permanent.

Alors je veux m’y voir, je veux cette vie là. Je n’en veux pas une seule, je veux être avec toi dans mes rêves, je veux la puissance et l’émerveillement, je veux tout ce que tu m’y dis, je veux tout ce que j’y fais.

Publicités

4 réflexions sur “Je veux

  1. Juste un mot à propos de ta nouvelle photo…(quand même ??? alors que tu nous fait partager des pages superbes!!! je me plante devant ce paysage, et j’y reste…plutôt, j’y reviens…un paysage de mon adolescence , des lieux, lieu de prédilection pour mes heures de solitude !!!
    Je pourrais m’y attarder…mais pas de temps, et surtout trop de douleurs, de résurgences..
    A + Merci !!
    Nicole

  2. est ce que nous rêvons notre vie ?
    la réalité pourrait être alors en cet espace éphémère que tu convoites d’habiter vraiment au fil de tes songes..
    pour ma part , oui aussi, je sors parfois de ces vies multiples et nocturnes , emplie de couleurs , de gens touchés , et aimés ,de lieux, de sensations et émotions qui s’estompent peu à peu , dès l’éveil, sans déchirement
    le mélange de ces souvenirs de présences parallèles avec le réel est assez agréable je trouve, la fiction nourrit alors le quotidien , la frontière entre monde imaginaire et réalité tangible est si élastique , on peut en jouer à loisir …j’adore!

C'est ici qu'on cause...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s