Terre ! Terre !

Mais oui tu t’en souviens, l’an dernier j’avais fait quelques séances chez une potière renommée et douée.

Oui mais pas faite pour donner des cours à des mécréantes comme moi, des amateurs totaux Toto. On s’était bien entendues mais elle mettait une pression sur mes épaules, exigeait ce qu’elle exige d’elle, j’angoissais avant d’y aller et sur place j’adaptais mes envies et mes attitudes en fonction de sa rigidité dépressive.

Il y a trois ans j’avais rencontré une autre artisane lors d’un festival d’art au village sur 48h . Elle y animait un atelier pour les enfants. Je lui avais demandé si elle faisait quelque chose chez elle pour adultes et c’était « Non, non, non. ». Je lui avais dit que je garderai espoir. Cet été je l’ai revue sur le marché, on bavarde et voilà qu’elle me dit qu’elle ouvre un  atelier Terre chez elle mais en soirée. Zut, me dis-je. Pour moi ce serait en journée. Wait and see, on se dit.  Il y a quinze jours elle m’informe que ce sera finalement le vendredi après-midi. Eureka. Bon, je suis déjà inscrite à deux activités dans la semaine qui mangent mon budget de chômedu alors je coupe les poires en deux. Je viendrai deux fois par mois jusqu’à Noël.

La première séance aujourd’hui m’a gonflé le coeur. C’était simple, très. Elle est comme j’aime. Pas de chichis, tout est possible et la technique ne doit jamais être un obstacle. Avec elle ça ira vite, les pièces seront cuites ( au bout d’un an chez l’autre potière j’ai récupéré mes pièces non cuites) et le choix des couleurs, des motifs, seront multiples et gais ( rien de tout cela ailleurs…).

J’ai fait un genre de récipient, un peu plat cylindrique, peu haut. Aux bords épais. Je lui ai collé cinq feuilles tout autour ( côté extérieur). Un esprit plat simple champêtre, de base, imparfait, modelé par des paysans d’un autre âge. Mon optique est, les mois prochains, de modeler des choses, des formes ou des animaux qui y iraient dehors ou des morceaux pouvant créer un mobile au jardin.

J’ai enfin retrouvé le plaisir de travailler la terre sans se prendre la tête. Je suis contente.

.