Quelques jours avec elle

Mon ordinateur est d’une lenteur magique. Je l’ai ouvert ce matin, non pas ouvert en deux son ventre mou ni son disque tout dur, non je l’ai allumé voulais-je dire. Mon garagiste m’a dit qu’il fallait faire marcher les vieilles voitures, il désignait mon tracteur 106 peugeot. Je pense qu’il faut aussi allumer les vieux ordinateurs portables qui ont dix ans d’âge et beaucoup de loyaux services à leur actif. Mais le mien boude sérieusement. Il a des boyaux entrelacés, il fait semblant de fonctionner la première demie heure puis son corps l’étrangle, il rame, ronfle, renifle là dedans, et se bloque pour une éternité et en général je perds patience, j’éteins tout, j’abrège ses calculs et ses encombrements. Je suis attachée à lui, j’y ai beaucoup écrit. Mais maintenant ? Il y a un autre ordinateur à la maison, le gros costaud, sur lequel je vais beaucoup cette année. A cause de la lenteur de mon petit ordinateur rouge ou pour d’autres raisons. Va savoir.

J’ai terminé M Train de Patti Smith, son dernier livre, emprunté à la médiathèque. Je l’ai vite rendu, aussitôt fini. Lâchement je m’en suis séparée sans me retourner, je ne savais comment m’en passer. Mais la bibliothécaire était très intéressée et j’ai pu lui dire tout le bien que j’en pensais, elle a eu envie de le lire aussi. A cause des élucubrations de Patti j’ai dû me ruer dans une librairie et acheter Chroniques de l’oiseau à ressort de Haruki Murakami. Je crois que j’avais un jour commencé ce livre, juste commencé et rendu à la médiathèque. Patti dit que c’est un chef d’oeuvre. Qui l’a obsédé. Elle a des obsessions. Elle se fixe des défis et les tient. Poser des petits cailloux récoltés dans un  bagne guyanais sur la tombe marocaine de Genet. Ses défis la mettent en action, la font chercher, questionner, rechercher, voyager s’il le faut. Dictée par une pulsion incontrôlable. C’est un livre d’objets animés et j’aime cela. Patti a des trucs dans le ventre, elle a la foi, elle se fie à son instinct, et elle s’écoute. Elle parle aux morts, elle a besoin de creuser jusqu’au bout les esprits qui rassemblent, les quêtes magiques essentielles.

Son écriture est fluide, quelque soit le sujet. Ses matins, tous les matins dans son café, ses goûts littéraires, ses habitudes, sa mélancolie, sa solitude, moi j’ai tout happé, j’ai posé mon oreille sur sa voix qui murmure. Elle parle de Fred, son mari décédé. Il est beau, une super tronche. Elle lui demande même de revenir, un soir où elle est désespérée et tu as envie de pleurer. Moi aussi j’aime les cafés. Elle photographie des chaises, de l’encens, des sculptures, des tombes, des murs. Elle est libre, solitaire, emplie de spiritualité et elle regarde la vieillesse en se demandant comment ? Ses cheveux de sel, son vieux manteau. Elle écrit tout le temps, elle ne pense qu’à cela, elle fait des listes, elle note des phrases sur des nappes en papier qu’elle bourre dans ses poches, elle a des tas de carnets, elle aime le beau papier, elle peint aussi, elle est bordélique, elle perd des trucs auxquels elle tient. Elle garde longtemps ses objets fétiches, elle ne lâche jamais une idée quand elle sait que c’est indispensable, rien ne pourra l’empêcher. Dans sa chambre la chaise où s’asseyait toujours son père dans la maison familiale, elle ne peut s’y asseoir mais la chaise est là, indispensable présence. Elle est dingue des séries policières à la télé, leurs héros sont ses amis, elle leur parle, se demande comment il vont aujourd’hui, ce qu’ils feraient.  Elle parle aux objets depuis qu’elle est enfant. Pour vivre avec les morts et garder la joie, il faut tout cela. Wah.

 

 

 

Publicités

4 réflexions sur “Quelques jours avec elle

    1. Je ne vois pas ce que tu veux dire car je pense que c’est très bien traduit, ce qui n’est pas toujours le cas. Et personnellement je ne lis pas en V.O, hélas. Mais je devrais essayer après la V.F, juste pour apprendre.

      Ceci dit, ce livre m’a plu pour des raisons très très personnelles et pour le talent d’écriture. Il peut ne pas plaire du tout. Cela me fait penser à Modiano,on s’embarque ou pas et même plus ou moins d’un livre à l’autre, d’ailleurs.
      C’est une question de moment, de période de vie aussi…

  1. A peine sortie de ma nébuleuse…et le miracle du jour, j’ai retrouvé l’écran….
    Lire m’a été très difficile toutes ces semaines passées…un peu trop dans un tangage semi permanent….
    Mais…question nunuche….Patti…la libraire ou l’héroÎne du bouquin ???

C'est ici qu'on cause...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s